Home DROITS Cameroun : une plainte déposée contre l’État pour dénoncer les coupures Internet...

Cameroun : une plainte déposée contre l’État pour dénoncer les coupures Internet en zone anglophone

316

La coupure d’Internet dans les zones anglophones du Cameroun dure depuis plusieurs mois. © Antonin Moulart/CC/Flickr

C’est la première fois qu’un État est poursuivi pour des coupures de réseau Internet. Les ONG qui interviennent dans le dossier espèrent créer un précédent, alors que plusieurs pays africains ont eu recours à cette pratique ces derniers mois pour étouffer les mouvements de contestation.

Une plainte a été déposée le 15 janvier contre l’État camerounais devant le Conseil constitutionnel, pour contester les multiples coupures d’Internet dans les régions anglophones qui durent depuis un an.

L’État du Cameroun, le ministère des Postes et des Télécommunications ainsi que Camtel, la société nationale de télécommunication sont nommément cités dans la lettre adressée à l’instance juridique.

Liberté d’expression

Cette plainte a été initiée par une ONG camerounaise, le Réseau de Défenseurs des Droits Humains de l’Afrique Centrale (Redhac). « Nous avions déjà sollicité la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples à travers une plainte déposée en avril 2017 au moment de la première grande coupure. La recevabilité de cette nouvelle plainte ne peut pas être contestée, le Cameroun est signataire de plusieurs textes internationaux qui doivent garantir la liberté d’expression ainsi que celle de s’informer. Deux droits fondamentaux que ces restrictions violent », explique Maximilienne Ngo-Mbe, directrice exécutive de l’ONG.