Home SANTÉ Santé : Les marques de lait et farine Celia, Picot et Milumel...

Santé : Les marques de lait et farine Celia, Picot et Milumel interdites au Niger

587

« Dans le cadre de la préservation de la santé de la population en général et celle des nourrissons et jeunes enfants en particulier, les pharmacies, les grossistes pharmaceutiques, les distributeurs et les vendeurs sont mis en demeure d’arrêter la vente », dès le dimanche 14 janvier 2018, du lait et de la farine de marques Celia, Picot et Ilumel fabriqués et distribués par le laboratoire français Lactalis.
Les produits de ce laboratoire, on s’en rappelle, sont dans la ligne de mire des autorités sanitaires de plusieurs pays parce qu’ils sont « suspectés de contamination à la salmonelle », selon le ministre nigérien de la Santé publique, auteur de cette mise en demeure.

Selon le ministre Idi Illiassou Mainassara, une brigade nationale de la police sanitaire avait auparavant « conduit une inspection au niveau des magasins d’alimentation générale et des pharmacies de la ville de Niamey. Au cours de cette inspection, il a été constaté l’existence » des produits incriminés au niveau des pharmacies visitées.
Mieux, selon Dr. Idi Illiassou Mainassara, « l’Inspection générale des services du ministère de la Santé publique est instruite à poursuivre les investigations afin de pouvoir détecter d’éventuels manquements » à cette mesure d’interdiction, qui « est applicable sur l’ensemble du territoire national ».

Le ministre Idi Illiassou Mainassara, qui en appelle « à la vigilance de toute la population » a indiqué, in fine, les symptômes de la salmonelle, une infection à une bactérie qui est l’une des causes d’intoxication alimentaire : diarrhée, forte fièvre, crampes d’estomac, nausées et vomissements, maux de tête, etc. Ces symptômes apparaissent de 12 à 72 après l’ingestion de l’aliment contaminé.
En tout cas, à en croire un reportage diffusé par la télévision nationale, les pharmaciens ont déjà retiré les marques de Lactalis de leurs rayons. Mais, quid des marchands ambulants qui s’adonnent au métier de ce qu’on appelle sous les Tropiques « pharmacies par terre » et dont les prix de vente des produits sont attrayants pour le petit peuple ?

Reste qu’à l’heure où nous mettons cet article en ligne, il n’est pas fait état de cas de contamination à la salmonelle au Niger. Et c’est tant mieux car il vaut mieux prévenir que guérir !

Sani Soulé Manzo / Niger