Home ARCHIVES_FR Mali : Le Président Keïta sursoit au projet de la révision constitutionnelle

Mali : Le Président Keïta sursoit au projet de la révision constitutionnelle

322

Le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta, a annoncé tard le vendredi 18 août, le sursis au projet de la révision constitutionnelle.

Depuis l’adoption par l’Assemblée Nationale, le 03 juin 2017, du projet de loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992, par  111 voix pour, 35 contre et zéro abstention, la polémique a enflé entre les partisans du Oui et ceux du Non provocant une fracture sociale qui menaçait dangereusement la cohésion et la stabilité du pays.

« J’ai décidé, en toute responsabilité, de surseoir à l’organisation d’un referendum sur la révision constitutionnelle », a précisé le Président dans une adresse télévisée à la nation, ajoutant que « Pour le Mali, aucun sacrifice n’est de trop. »

Citant les défis majeurs auxquels le Mali est confronté, le Président Keïta ne souhaite pas «ajouter aux périls existants ceux que font naître la mésentente, la polémique et le malentendu. Nous devons prendre le temps de nous retrouver pour échanger sans détour. Il me revient en tant que Président de la République de faire prendre les dispositions nécessaires pour que le dialogue qui s’engagera soit inclusif et dépassionné. »

Il a remercié toutes les personnalités consultées pour « la sincérité, la franchise  et la pertinence » de leurs analyses, remarques et propositions.

Les réactions du Camp du Non

Au cours d’un meeting tenu le samedi 19 août 2017 sur le boulevard de l’Indépendance, les responsables de la Plateforme « An tè A bana – Touche Pas à Ma Constitution » ont salué « le bon sens du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta ».

On notait la présence de Soumaïla Cissé de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) ; Tiébilé Dramé du Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA); Oumar Hamadoun Dicko du Parti pour la Solidarité et le Progrès  (PSP) ; Oumar Mariko du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) et Djibril Tangara de la Force Citoyenne pour la Démocratie (FCD).

Le Vice-président de la Plateforme « Antè A bana », Amadou Thiam, a invité les membres de la Plateforme à rester soudés pour les futurs combats. « Le combat a été dur. Au cours de deux mois de lutte contre cette révision constitutionnelle, beaucoup de nos camarades ont perdu leurs postes ou leurs contrats. Mais malgré cela, ils ont accepté de rester avec nous. C’est le lieu de les remercier tous. Je voudrais vous dire que la Plateforme restera soudée pour d’autres combats.»

Soumaïla Cissé, le Président de l’URD et Chef de file de l’Opposition a salué le courage et le combat de la jeunesse. « On a toujours dit que la jeunesse malienne est lâche. On a dit que vous ne valez pas celle du Burkina Faso et du Sénégal. Je dis que la jeunesse malienne est  plus courageuse que celle de tous ces pays. Car, vous avez fait deux mois de combat contre une révision constitutionnelle, sans casser, ni agresser. Jeunes du Mali, vous êtes à saluer pour cela. Cette victoire montre désormais que le pouvoir n’est pas à Koulouba, mais appartient au peuple», a-t-il déclaré.

Tiébilé Dramé, le Président du PARENA, a demandé au Président de la République d’enterrer définitivement le projet de révision. « Nous avons passé 4 ans à  observer ce régime, aujourd’hui plus question de conduire le Mali dans le chaos. Car, nous n’allons plus l’accepter », a-t-il précisé.

Pour Nouhoum Sarr, Président du parti FAD, le Président de la République a eu la sagesse de surseoir à la tenue du referendum. « Notre territoire est occupé. Aujourd’hui, les Maliens sont dans la détresse et pour cause, la gouvernance est chaotique, calamiteuse. La lutte ne fait que commencer. »

Madani Tall, le Président du Parti ADM s’est réjoui de la situation présente, « qui justifie un vieil adage voulant que les peuples aient les dirigeants qu’ils méritent. Par son engagement, le peuple malien a montré qu’il méritait d’être écouté. »

« Nous ne sommes pas pour ou contre quelqu’un. Nous sommes là pour le Mali et nous restons soudés. Car, nous avons remporté une bataille, mais pas le combat. Le combat, c’est la consolidation des acquis de la démocratie », a précisé Master Soumi, artiste Malien.

Le chroniqueur Mohamed Bathily Ras Bath, a salué les familles fondatrices de Bamako et les leaders religieux pour leur médiation.

Selon Abdoulaye Mangara  de l’association Kaoural Renouveau, le Président n’avait pas le choix « face à un peuple déterminé à prendre son destin en main. Je pense que le Président de la République a compris son  peuple. »

Le Camp du Oui se félicite

Pour Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise, Président de la CDS Mogotiguiya « C’est une décision qui est conforme à la gestion politique du Président Ibrahim Boubacar Kéïta. Son évaluation de la situation actuelle, à travers les différentes rencontres et consultations qu’il a menées avec toutes les couches, l’a conduit à revoir l’opportunité de la révision constitutionnelle qu’il avait initiée. Et cela, pour que le Mali ne se fragilise pas davantage. En cela, nous sommes parfaitement en phase avec le Chef de l’Etat ». 

Le Bureau Politique Nationale du RPM, le parti présidentiel, a salué l’esprit d’écoute et d’ouverture du Président Keïta.  Il a appelé les militants et patriotes à l’unité et au dépassement de soi.

L’Alliance Pour la République a félicité le Président Keïta pour sa décision « courageuse et historique » tout en saluant « son attachement et sa détermination à renforcer et à veiller à l’unité et à la cohésion nationale. »