Home POLITIQUE Mali: Des magistrats menacent d’aller en grève illimitée jusqu’au retrait du projet...

Mali: Des magistrats menacent d’aller en grève illimitée jusqu’au retrait du projet du Référendum du 9 juillet

370

A l’issue de leur assemblée générale, tenue le vendredi 16 juin 2017 à la Cour d’appel de Bamako, certains magistrats ont marqué leur totale opposition à la tenue du référendum du 9 juillet prochain, au motif qu’il y a violation de l’article 118 de la constitution en vigueur.

Ils estiment qu’il est temps de commencer une bataille sans relâche pour le retrait pur et simple du projet de révision constitutionnelle en commençant par le dépôt d’un préavis de grève illimitée. «Nous ne voulons pas d’un référendum qui est en violation flagrante avec la constitution». Voilà la position de certains magistrats.

En conviant, le vendredi dernier, tous les magistrats du Mali à une assemblée générale extraordinaire d’information, des magistrats de différents bords syndicaux ont montré leur détermination à entamer un combat non seulement pour la satisfaction de leurs doléances en souffrance, mais aussi et surtout pour le retrait du projet de révision constitutionnelle en cours.

Par rapport à la révision constitutionnelle, la position du conférencier, Ibrahim Maïga du Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) était claire : « Pourquoi changer la nature de la constitution si ce n’est pas une façon de banaliser la République.» En faisant une analyse approfondie, dit-il, on se rend compte que la justice est visée. A ce titre, il dira que le vrai problème sera la composition du Conseil supérieur de la magistrature, où le nouveau texte prévoit des corps étrangers. «Nous ne serons plus en mesure de pouvoir travailler avec ce nouveau principe. Qu’ils nous disent de quoi ils ont peur pour mettre fin carrément à notre existence juridique», déclare Ibrahim Maïga. Pour terminer, il invite ses collègues à prendre la relève pour défendre noblement la cause des magistrats à tous les niveaux.

Abondant dans le même sens, le doyen Lamine dit Lamber dira qu’il n’est nullement question d’ouvrir le Conseil supérieur de la magistrature à des corps étrangers. Selon lui, il faut tout mettre en œuvre pour barrer la route à ce projet de révision constitutionnelle. Car, il est convaincu que le “Oui” pourrait l’emporter si on arrivait au stade du référendum.

La Coordination malienne des organisations démocratiques (Comod) a également pris part à cette assemblée. Le Président de ce mouvement, Boubacar Mintou Koné, a profité de l’occasion pour rappeler qu’il ne faut jamais accepter que la volonté clairement exprimée par le peuple malien en 1992 soit chamboulée ou mise en cause par la volonté des hautes autorités. La constitution du 25 février 1992, dit-il, a été le fruit d’une large concertation. Il propose de déclencher un mouvement d’ensemble de la société civile à travers une marche de protestation contre le nouveau texte.

A l’issue des travaux de cette assemblée, la base a proposé certaines recommandations. Il s’agit d’ouvrir une pétition en ligne pour tous les magistrats du Mali ; établir un rapport destiné au Président de la République pour le retrait du projet de révision ; participer à toutes les marches de protestation contre le projet de révision avec la société civile ; marcher en robe, de la Cour d’appel de Bamako jusqu’à la Cour suprême ; observer une grève illimitée jusqu’au retrait du texte.

Source : Le Prétoire