Home POLITIQUE Guinée : Célébration de la 54ème journée de l’Afrique, 25 mai

Guinée : Célébration de la 54ème journée de l’Afrique, 25 mai

422

A l’occasion de la célébration de la Journée de l’Afrique, le Président de la République et Président en exercice de l’Union Africaine,Alpha Condea dans sa déclaration, fait un rappel historique du 25 mai qui  marque la naissance de l’Organisation, le 25 mai 1963 à Addis-Abeba et consacré le plus grand tournant de l’histoire moderne de notre Continent. La Journée de l’Afrique est aussi une occasion de célébrer les progrès notables enregistrés par le Continent depuis la naissance de l’OUA.

Selon le président en exercice de l’Union Africaine,l’institution  peut se dire heureuse d’avoir mis en place des structures susceptibles de mettre en œuvre les ambitions qu’elle s’est fixée. Ces structures sont entre autres la Commission et le Conseil de Paix et de Sécurité. L’Union africaine travaille sans relâche, en collaboration avec ses partenaires, dans le but de promouvoir la paix et la sécurité sur le Continent et dans le monde.

Il est encourageant de noter que l’Union africaine a fait de grands progrès dans le cadre de la mise en place d’un environnement susceptible de garantir un meilleur avenir pour l’Afrique. La prévention des conflits et le règlement pacifique des différends à travers le dialogue et la médiation revêtent une importance cruciale pour la réalisation de l’objectif visant à faire taire les armes en Afrique à l’horizon 2020.

L’Afrique est la région la plus jeune du monde. Deux Africains sur trois sont âgés de moins de 25 ans. Cet indicateur est un atout majeur pour impulser la transformation sociale et économique à travers le continent. L’accès des jeunes à la santé, à l’éducation de qualité, leur autonomisation, la lutte contre le chômage sont une réponse significative à la pauvreté et l’utilisation de cette frange vulnérable de la société par les groupes terroristes.Il convient aussi d’impliquer de manière plus significative les acteurs de la société civile dans la sensibilisation de la jeunesse sur les dangers que représente le discours radical.

Sur le plan économique, l’adoption de l’Agenda 2063 qui est « à la fois une vision et un plan d’action, est un appel à l’action à tous les segments de la société africaine à travailler ensemble pour construire une Afrique prospère et unie, fondée sur des valeurs communes et un destin commun ».

Dans la mise en œuvre de cet Agenda et de son premier plan décennal, les femmes et les jeunes sont des acteurs clés. S’agissant des jeunes qui constituent la principale richesse du continent, un important défi doit être relevé. « C’est pourquoi nous avons dédié l’année 2017, au thème : Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse ».

Nos Chefs d’Etat et de Gouvernement ont parfaitement mesuré l’ampleur de la tâche de traduire cet agenda 2063 en actes concrets. C’est cet engagement qui a conduit l’adoption de la décision historique du Sommet de Kigali tenu en juillet 2016, affirmant leur ferme volonté de mettre en place un mécanisme efficace de financement de cette ambitieuse vision.

L’application rapide et rigoureuse de cette décision n’est plus seulement une réponse à l’urgence financière, elle est aussi désormais une question de crédibilité et d’affirmation du leadership africain. En même temps, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont adopté en janvier 2017 un train de réformes sur la base des recommandations du rapport du Président Paul Kagamé.

Face aux défis actuels et émergents et ayant fait le constat de l’état actuel de notre organisation,une réforme de l’institution s’est avérée nécessaire pour lui permettre de centrer son action sur les domaines prioritaires ayant une portée continentale.Cette réforme se focalisera sur une meilleure division du travail entre les organes de l’Union, les Communautés Economiques Régionales et les Etats membres. La mise en œuvre immédiate de la réforme financière de l’Union permettra de réaliser une autonomie de financement considérable.

« Notre institution panafricaine, pour être crédible, ne peut plus se reposer sur l’assistance financière des partenaires. Il est temps, grand temps, de prendre nous-mêmes en charge le financement de nos propres ambitions et de nos propres rêves », selon le Président en exercice de l’Union africaine.

 

Sur le plan international, il est également temps de tenir compte de l’importance démographique, politique et économique de notre continent afin de reconsidérer le rôle qu’il peut et doit jouer sur la scène internationale.

Kadiatou Thierno Diallo

Guinée