Home ARCHIVES_FR L’enlèvement des écolières de Chibok : «Le pire des crimes contre les...

L’enlèvement des écolières de Chibok : «Le pire des crimes contre les citoyens» – Président Buhari

332

Le président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré que l’enlèvement des écolières de l’École secondaire gouvernementale de Chibok, Etat de Borno, par Boko Haram est le pire des crimes qu’on puisse perpétrer contre les citoyens nigérians.

Dans une déclaration lors de la commémoration du 3ème anniversaire de ces enlèvements, le 14 avril, le Président Buhari a rassuré les parents des filles de Chibok que son gouvernement continue les recherches et n’aura de repos qu’au retour définitif et en sécurité de toutes les filles de Chibok. Il a exprimé sa compassion pour les familles qui «ont dû subir trois ans d’agonie» et les a appelées à ne pas perdre espoir pour le retour des autres écolières toujours en captivité.

A ses dires, le gouvernement négocie actuellement, par le biais d’informations locales pour assurer la libération du reste des filles et d’autres personnes enlevées, en bonne santé. Le président Muhammadu Buhari a appelé tous les Nigérians à rester vigilants et à signaler tout élément ou groupe suspect aux agences de sécurité.

Il a déclaré que les Nigérians avaient toutes les raisons de célébrer le retour de 24 des filles et des milliers d’autres Nigérians qui ont été enlevés de force par les terroristes. Le gouvernement a un programme de réinsertion pour les filles libérées.

L’Emir de Kano exhorte BBOG à élargir son objectif

Shahida Sanusi,  la fille de l’Emir de Kano Lamido Sanusi, parlant au nom de son père, lors d’un événement organisé par l’association Bring Back Our Girls (BBOG) pour commémorer le 3ème  anniversaire de l’enlèvement des filles, a appelé l’association à changer de cap. D’un groupe de circonstance constitué pour un événement donné, Bring Back Our Girls doit se transformer en une association structurée qui aborde la réalité sociale de façon plus large pour les femmes du Nigéria en général et celles du nord du pays en particulier.

Tout en félicitant BBOG pour avoir réussi à tenir les esprits en éveil au cours de ces trois années sur le cas des filles de Chibok enlevées, Sanussi a rappelé que les filles ne constituent qu’une fraction infime des victimes de cette insurrection et a exhorté BBOG à élargir son message pour la défense de toutes les filles et tous les garçons enlevés Par Boko Haram. “Les problèmes auxquels sont confrontées les femmes vont au-delà de l’éducation des filles, du mariage précoce et de la pauvreté. Les femmes instruites doivent encore aborder les problèmes d’égalité des chances dans leur lieu de travail et les discriminations sexuelles non inscrites mais pas moins réelles”, a ajouté Sanussi.

D’autres activités pour le 3ème anniversaire de l’enlèvement des filles de Chibok comprennent la plantation d’arbres d’anniversaire et le liage de rubans pour commémorer ce jour.

Sur plus de 200 écolières enlevées par Boko Haram à l’école secondaire Government Girls de Chibok, dans l’État de Borno, au nord-est du Nigéria en avril 2014, environ 24 seulement ont été retrouvées au mois d’octobre 2016. Certaines d’entre elles ont pu s’échapper du joug de Boko Haram, mais à ce jour, plus de 150 filles sont encore en captivité.

Veronica Ogbole

Nigeria